Comment ne plus souffrir ?

Guérir ce n'est pas vouloir changer, c'est accueillir...


Plus j'avance dans mes démarches personnelles et professionnelles, plus ma réflexion évolue et mon positionnement professionnel également.


Depuis toute jeune, attirée et baignée, dans les complexités internes et externes humaines, j'ai été aussi bien observatrice, qu'actrice que victime de tous ces fonctionnements comportementaux impulsés par l'émotionnel, le réactionnel et plein d'autres composantes...


Et cela m'a toujours passionné !

Essayer de comprendre au delà de la raison, au delà de l'acte posé, au delà de la violence et de ce qui peut paraître "mauvais", "négatif", de ce qui peut faire souffrir...


J'ai toujours vu derrière un comportement agressif, une âme en souffrance.

Et pourtant, même si mon être intérieur en est le plus intimement convaincue, je reste toujours extrêmement affectée dès que je suis ou plutôt je me perçois "attaquée" par ce que je qualifie de méchanceté gratuite, c’est à dire :

  • soit des gens qui passent leurs nerfs sur vous sans raison a part entière, comme si vous étiez un pushing ball à disposition, et qui sans scrupules mais mal à l'aise reviennent la bouche en cœur pensant que l'on peut violenter quelqu'un sans conséquences et qu'on devrait les accueillir les bras ouverts. Pas d'excuses, pas de communication, juste cette énergie non résolue qui plane et qui traine teintée de toute la douleur persistante...


  • soit des personnes qui se permettent de vous conseiller, juger mal à propos sans avoir perçu qui vous étiez réellement et diffusent ainsi une "mauvaise image" de vous publiquement alors qu'ils ne vous ont jamais rencontré (comportements amplifiés par la société virtuelle : commentaires dans les réseaux sociaux, groupes où la critique est facile car pas de face à face...).


Bien entendu, si je souffre, c'est que mon orgueil en prend certainement un coup et qu'une blessure chez moi se réveille. Et même si c'est très désagréable à vivre, c'est comme un indicateur me permettant de :

  • Dire stop

  • Mieux me connaître

  • Réajuster la trajectoire

  • Prendre un temps pour moi...


Cela me donne donc du grain à moudre sur mon cheminement de développement personnel.


Bref, les "bonnes raisons" de ces "mauvaises choses", on peut en trouver plein (entre guillemet car il n'y a rien de bon ou de mauvais, tout est juste les deux côtés d'une même pièce). Mais le cerveau n'enlève pas la douleur ressentie dans le corps.

On pourrait creuser plus la question sur les émotions ressenties, quoi en faire et comment transmuter tout cela, mais cela n'est pas l'objet de ce billet.

Si vous voulez en savoir plus sur ce sujet, je vous invite à lire l'article sur la question où je reprends l'exemple de la métaphore d'un tableau de bord de voiture.


Pour poursuivre mon cheminement :

Avant, j'aurai essayer de comprendre ma douleur, de chercher à la calmer, à la colmater, de tout mettre en oeuvre pour ne plus souffrir car comme j’aime l'évoquer auprès des personnes que j'accompagne en privé et/ou conférences / ateliers :


  • Quel est votre premier réflexe quand vous n'allez pas bien?


Prenez deux minutes

Posez vous cette question primordiale

Et répondez-y spontanément


  • Manger ?

  • Appeler une copine ?

  • Regarder une série ?

  • Aller faire du sport?

  • Se changer les idées ?

  • Autre : ....


Si l'on regarde de plus près, quel est leur point commun?

L'action est TOUJOURS dirigée vers l'extérieur.

Or, aujourd'hui, je reste persuadée que c'est une erreur.

Nous nous sommes conditionné(e)s ainsi et/ou avons appris de mauvaises habitudes mais je pense sincèrement que nous avons à déconstruire cette croyance et ces actions pour ne plus souffrir.

Autrement dit, au lieu de se tourner à l'extérieur, tournons nous à l'intérieur.

Au lieu d'attendre de... apprenons à accepter que...

Au lieu de chercher à... ressentons que... Au lieu de vouloir changer, apprenons à nous accueillir.


Ainsi, même si mon approche et ma pratique du coaching étaient très déjà très personnelle, holistique (comportementale, psychologique, spirituelle) et teintée de beaucoup d'exercices de recentrage et d'apprentissage à mieux se connaître, car j'ai toujours voulu et mis un point d'honneur à rendre les gens autonomes et indépendants, à qu'ils créent leur propre cheminement, qu'ils partent en exploration d'eux même et qu'ils découvrent qu'ils ont du potentiel et qu'ils n'ont plus qu'à le manifester aux yeux de tous, je décide aujourd'hui de faire évoluer ma pratique professionnelle exclusivement en ce sens :


Apprendre à se tourner SYSTEMATIQUEMENT vers soi

A adopter un autre réflexe si vous voulez.


C'est à dire que le but n'est pas de déterminer un objectif (cf coaching) et de mettre en place des stratégies pour l’atteindre car là, nous ne sommes pas dans une acceptation de soi dans son entièreté, de sa réalité de l'instant, dans notre nous parfait du moment, mais dans la fuite en avant, dans la volonté de combler notre vide intérieur, dans la quête de perfection, dans la quête du bonheur qui ne nous apparaît pas être ici et maintenant mais demain et après beaucoup d'efforts.


Or le bonheur, est déjà là, dans l'instant présent, comme de grands sages l'ont dit et écrit, d'Eckart Tolle "Le pouvoir de l'Instant présent" en passant par Bouddha, mais encore faut-il être en mesure de pleinement l'accueillir, de savoir comment faire et d'agir en conscience et bienveillance.


S’accueillir pleinement soi en chaque instant est la clef de comment ne plus souffrir et se résume si simplement en une phrase et est pourtant si compliqué à mettre en pratique / à faire car tellement loin de notre éducation.


C'est pourquoi, je suis en plein développement d'outils et d'exercices "de reprogrammation" propres à ce sujet.


Pas sur comment décoder ce qui se passe en soi, car cela est propre à chacun, très personnel et il vous appartient de voir ce qu'il se cache en vous, personne ne peut le savoir mieux que vous mais sur comment me recentrer, comment changer mes "habitudes externalisées" pour passer à des "habitudes internalisées".


Je vous laisse sur une magnifique vidéo, très juste et très pertinente à mon sens, de Franck Lopvet qui "comme par hasard" ;) m'est apparue au moment de cette prise de conscience, de ces chamboulements. Comme une confirmation de la justesse du nouveau chemin que j’emprunte.





Avec tout mon amour et ma bienveillance. Merveilleusement votre,

Alice.